Inondations : le Cerema en gestion de crise pour inspecter les ponts et vérifier les risques de glissements de terrain

publié le 7 juin 2016 (modifié le 10 juin 2016)

Les inondations importantes que connaissent le nord et le centre de la France nécessitent des interventions d’urgence afin de vérifier l’état des ouvrages hydrauliques tels que les ponts. Le laboratoire de Blois du Cerema est compétent pour intervenir lors de ces épisodes de crise, à la demande des collectivités, de l’Etat, ou encore des maîtres d’ouvrages.

Depuis le début des inondations exceptionnelles qui frappent particulièrement ces territoires, les équipes du Cerema sont déjà intervenues à une vingtaine de reprises, et resteront mobilisées après la décrue. Mercredi 1er juin, c’est à Romorantin, au sud d’Orléans, que le Cerema a mené les inspections de trois ponts passant sur la Sauldre, fermés à la circulation par la préfecture du Loir et Cher en raison de leur submersion totale ou partielle. Le but de cette mission était de vérifier l’état général de ces structures, et de poser un premier diagnostic sur les risques d’endommagement.

Jeudi, de nouvelles interventions ont été réalisées à la demande de la Direction Départementale des Territoires et du Conseil départemental, puis ce vendredi à la demande de communes touchées par ces inondations. Durant tout le week-end, des agents du Cerema sont restés mobilisés pour l’inspection d’ouvrages sur la Sauldre, qui amorçait sa décrue.

Des risques en termes de sécurité, même après la décrue

Différents maitres d’ouvrages peuvent solliciter les experts du Cerema, pour réaliser des inspections de l’état d’ouvrage suite aux crues. Ces inspections ont pour but de définir si les ponts touchés par les inondations doivent être fermés à la circulation, ou bien si lors de la décrue ils peuvent être rouverts, avec ou sans restriction.

Après l’épisode de crise, le Cerema devra réaliser de nouvelles inspections détaillées des ouvrages et également vérifier les risques de glissements de terrain, autre phénomène majeur lié à ces inondations dans l’ensemble de la région qui restent une menace potentielle.

La décrue est en effet une étape délicate, car il faut s’assurer que les ouvrages ne sont pas devenus dangereux avant de les rouvrir à la circulation, notamment à celle des poids lourds. Les chaussées sont gorgées d’eau, il faut donc parfois attendre quelques jours qu’elles soient suffisamment drainées avant que des camions puissent y circuler.

Une intervention des équipes de plongeurs de Sourdun à Nemours

La député-maire de Nemours, face à la gravité des inondations touchant sa commune, a demandé aux plongeurs du Cerema d’appuyer les équipes de pompiers. Les agents du Cerema ont ainsi pu faire profiter la municipalité de Nemours et ses habitants de leur connaissance de ce type d’environnement pour apporter une assistance aux habitants touchés par les inondations.