Potentiel d’urbanisation autour des transports collectifs en Haute-Normandie

publié le 30 novembre 2011

D’un côté, la maîtrise de la consommation d’espace et la réduction des émissions de gaz à effet de serre sont deux objectifs importants inscrits dans les lois Grenelle 1 et 2. De l’autre, les transports collectifs sont des services souvent longs et coûteux à mettre en œuvre qui développent toute leur légitimité sur des flux importants et réguliers

Il apparaît donc logique de tenter de développer l’urbanisation le plus près possible des réseaux existants (TER, réseaux urbains performants) pour limiter le besoin de nouveaux services ou infrastructures, tout en créant les conditions d’un rabattement depuis les zones urbanisées vers les gares en un temps minimisé. Cette possibilité vise notamment à développer l’usage des transports collectifs pour les déplacements domicile-travail et est également l’occasion de mettre en cohérence les actions menées sur le champ des transports d’une part, sur celui de l’aménagement et du développement économique d’autre part.

La DREAL Haute Normandie, en association avec les deux DDTM de la région, a décidé de s’approprier cette problématique et a fait appel au CETE pour l’aider dans cette démarche sur son territoire. L’étude en cours vise d’une part à connaître de façon approfondie les territoires de la région desservis par des transports collectifs structurants (urbains et interurbains), ce qui passe par l’élaboration d’une typologie croisée territoire/desserte s’appliquant aux abords des arrêts retenus. 44 indicateurs ont été construits sur 103 communes possédant une gare, et 25 indicateurs viennent caractériser les îlots IRIS accueillant un arrêt de TC urbain structurant sur les agglomérations de Rouen et le Havre.
Il est question d’autre part, dans un second temps, de s’interroger sur l’urbanisation à privilégier aux alentours des arrêts existants en appréhendant les capacités d’accueil et potentialités foncières, en fonction de la consistance des documents d’urbanisme.

L’étude étant en cours, les résultats n’en sont pas encore connus.

Equipe d’étude CETE NC : Hélène Regnouard, Pascale Gondeaux et Sophie Duplessy (DADT groupe TPM)
Echéance de réalisation : 1er semestre 2012